Comment choisir le bon avocat pour le divorce ?

avocat

Le choix d’un avocat en droit du divorce n’est pas toujours évident, en raison de l’abondance des experts intervenant dans le domaine. Dans ce cas, il vaut mieux prêter attention à quelques indicateurs afin de trouver un représentant légal compétent qui saura défendre vos intérêts durant les négociations et la comparution devant le juge aux affaires familiales (JAF).

Pourquoi faire appel à un avocat spécialisé ?

Si les missions d’un avocat consistent généralement à défendre les droits et intérêts (devant un tribunal ou durant une négociation) de ses clients, son rôle ne se limite pas seulement à cela. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas un simple plaideur, puisqu’il est également l’expert du droit, de la négociation et surtout du conseil. Ainsi, tout avocat qui se respecte devra informer, conseiller et guider les actions de son consultant en tenant compte de la situation.

Dans le cadre d’un divorce par exemple, le représentant légal n’est pas seulement en charge de rédiger les papiers et de les faire valider. En effet, il vous sera également d’une grande aide en amont même de la séparation légale.

D’abord, l’avocat vous renseigne sur vos droits et possibilités, mais également sur les enjeux de la démarche. Par la suite, il vous explique la procédure à adopter en fonction de votre situation : un divorce par consentement mutuel (conjoints en accord sur la séparation et les conséquences du divorce), un divorce pour faute (adultère, violences conjugales…), un divorce par acceptation (le JAF tranche sur les mésententes) ou un divorce pour séparation de fait (couple qui vit séparément depuis plus de 2 ans). Dans ces trois dernières situations, l’avocat vous aidera à trouver une meilleure alternative pour régler les litiges rapidement etéviter une procédure judiciaire interminable. Pour en savoir davantage sur les missions d’un avocat, consultez le site www.avocatsdroit.com.

Choisir un avocat expert dans le domaine

La première chose à considérer lors de la sélection d’un prestataire est certainement sa spécialisation. Mieux vaut contacter un avocat spécialisé en divorce ou, tout du moins, en droit de la famille. Évitez ainsi d’engager un expert que l’on vous recommande et qui n’a pas d’expérience renforcée en procédure de séparation.

Pour limiter les désagréments ou les contraintes liées à la proximité, il est également conseillé de ne pas solliciter un avocat qui est votre ami. Cela pourra par exemple altérer son jugement (ou le vôtre), ce qui n’est pas toujours favorable lorsqu’il faut négocier les conséquences du divorce : garde des enfants, partage des biens, prestations compensatoires, etc. 

Vous pouvez changer d’avocat à n’importe quelle étape de la procédure, si ses services ne conviennent plus. Par contre, le coût de cette mutation est assez important, puisqu’il faudra d’abord payer les honoraires du précédent professionnel avant d’engager le nouveau. Il est donc recommandé de prendre du temps pour sélectionner le bon prestataire du premier coup.

Quelles sont les qualités d’un bon avocat ?

Un bon représentant légal se doit d’être disponible et réactif. Pensez à engager un avocat joignable à tout moment. Il devra également s’engager à vous informer au fur et à mesure de l’avancement du dossier. Pour vous renseigner sur ses qualités, appelez directement l’expert ou réservez un rendez-vous pour une prise de contact. Profitez de l’entretien afin de vérifier :

. La pédagogie : est-il capable de vous expliquer clairement les jargons juridiques ?

. Le sens de l’écoute : est-ce qu’il répond objectivement à toutes vos questions ?

. L’honnêteté : les honoraires sont-ils transparents ?

. Les années d’expérience : combien de dossiers a-t-il traités ? Depuis quand est-ce qu’il exerce ?

. Les engagements : confidentialité, indépendance, compétence, etc.

Les honoraires de l’avocat : un critère de choix essentiel

Afin de trouver un avocat pouvant répondre à vos besoins, il faut également comparer les tarifs d’intervention. Les honoraires pratiqués par ces experts sont libres, c’est-à-dire que chaque professionnel est libre de fixer sa grille tarifaire et sa méthode de facturation. Le prestataire est toutefois tenu de conclure avec son client une convention d’honoraires détaillant la rémunération de l’avocat et les débours (frais de dossier, huissier, etc.).

Ce document doit être signé dès la prise de contact pour éviter tout malentendu. En effet, il donne une estimation des honoraires à payer une fois l’affaire clôturée, ce qui est un gage de transparence. Comme la convention devra être consentie par deux parties, vous aurez également l’occasion de négocier à la baisse les coûts proposés. Si ces derniers vous semblent trop élevés, tournez-vous vers un autre cabinet.

Généralement, les avocats pratiquent un tarif horaire dans le cadre d’un divorce. Dans le cas d’un divorce à l’amiable (consentement mutuel) cependant, il peut proposer un tarif forfaitaire qui englobe l’ensemble des prestations à réaliser. Cette rémunération ne peut plus être modifiée sauf accord du client. Les honoraires présentés par les avocats sont hors taxe (HT). Vous devrez rajouter 20 % de TVA sur la facture finale pour obtenir un montant en TTC.

 

Quels sont les rôles du service RH dans l’entreprise ?
Comment améliorer la performance de vos ressources humaines ?